L'incroyable épopée de Tati & Papi Dézil

Jardin Tropical... premières effluves de purgatoire
Nous vivions, béats, nos rêves... enchantés !

Mais un évènement vint rapidement tout gâcher. La mort du patriarche.

La famille : deux frères et une soeur, en furie, déclaraient qu'ils ne reconnaissaient plus notre bail au motif fallacieux que leur père souffrait de sénilité avancée. Ils commencèrent par casser et voler divers équipements au prétexte que, selon eux, tout leur appartenait.

D'interminables palabres aboutirent à la signature d'un nouveau bail dont la novation essentielle était une diminution de durée à 10 ans, la multiplication par quatre du montant du loyer, et le versement de celui-ci sur le compte bancaire du frère aîné.

En décembre, Parviz venait d'obtenir sa retraite. Nous revenions donc pour nous installer durablement... et pas les mains vides... avec 150 kilos de cadeaux (d'occasion, certes, mais en très bon état) destinés aux enfants de l'école (incluant naturellement les pensionnaires de l'Orphelinat.)

Premiers incident grave : contrairement à l'ordinaire, en raison de la Noël, nous avions donné quartier libre à tous les employés. Nous avons été cambriolés (manifestement par un habitué des lieux) pendant la distribution des jouets dans l'école voisine. Outre notre camescope, tous nos papiers officiels et billets d'avion avaient disparus.

Ayant pris en sympathie le bricoleur de génie qui avait notamment réssucité le groupe électrogène et dans la perspective d'un prochain voyage, nous décidions de l'engager comme régisseur, avec notamment comme mission de superviser les travaux... dont la construction de son propre bungalow.

Second Incident : on ne revoit plus le bonhomme plusieurs semaines de suite, en dépit d'un salaire très important pour l'endroit. Nous décidons mutuellement de nous séparer.

En lieu et place, nous nommons le fils cadet du défunt propriétaire, lequel a pour particularité d'être aussi une sorte de président de canton. Nanti de cette double caractéristique (devant a priori garantir sa probité et des capacités de meneur d'hommes) nous repartons confiants à la Réunion.

De retour trois mois après, le bâtiment, qui était presque achevé précédemment, n'avait pas évolué d'une planche. Les ouvriers nous informent qu'ils ont été mal traités et que "le chef" nous a volé des matériaux de chantier, du carburant, ainsi que des communications téléphoniques pour un montant équivalent à deux smics locaux).

Nous enquêtons, les preuves étant suffisantes nous licencions le bonhomme, évidemment !

Quelques jours après, nous recevons une convocation du Sous-Préfet, lequel nous apprend qu'une soixantaine de villageois nous accuse de maltraitance (par exemple que nous les faisons marcher enchaînés à quatre pattes et autres barbaries du genre).

Il nous déclare, dubitatif, être incapable d'imaginer comment nous avons pu faire une telle unanimité contre nous et nous confie alors une lettre de notre ex-régisseur, contre signée par 63 personnes, demandant notre expulsion du territoire pour ces motifs inventés !

Dès notre retour, grâce à un autre personnage, (qui va avoir un autre rôle prépondérant par la suite), notre piroguier interroge illico plusieurs signataires de la pétition, lesquels déclarent qu'ils ont été abusés... qu'ils pensaient avoir signé un acte pour le recensement.

L'enquête de gendarmerie établit la réalité des vols, des faux en écriture publique et autres chefs subsidiaires.

Mais un an après, notre plainte, ainsi que celle des 63 villageois contre leur chef, n'étaient toujours pas transmises au tribunal.

Le Sous-Préfet avait changé de casquette pour prendre celle de défenseur de la coutume, en opposition formelle à sa mission de chef de district lui imposant le respect de la loi moderne.

Son objectif... traiter lui même le problème par des palabres codifiées et des salamalecs rituels, selon la coutume ancestrale !

Jean-Claude RIDOLCE
Rédigé par Jean-Claude RIDOLCE le Jeudi 1 Mars 2007 à 04:21

Recherche

Profils Tati et Papy Dézil
Jean-Claude RIDOLCE
Jean-Claude Jean-Claude RIDOLCE

Galerie

Liste de liens

Infos XML

RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile