L'incroyable épopée de Tati & Papi Dézil

Dimanche 1 Avril 2007

Pêle-Mêle

Heureux qui comme Ulysse...
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage, parti, au soir de sa vie conquérir la toison, et puis est retourné, plein d'usage et raison, vivre en son pays, le reste de son âge !

Voici, paraphrasé, comme dans le poème de Du Bellay, le récit à la fois extraordinaire et banal... d'une épopée de jeunes mariés, qui voulaient meubler leur retraite en aidant, à la mesure de leurs moyens, ce pays du tiers monde qui leur était si cher. MADAGASCAR.

Pour elle c'était son pays natal. Issue d'une famille de Karana (ethnie du nord de l'Inde), installée là depuis trois générations, elle l'avait quitté étudiante, aux heures sombres de la dictature néo-maoïste, pour dérouler une carrière tranquille d'enseignante en métropole puis à la Réunion.

Pour lui, c'était un coup de foudre de jeune adulte, vécu en tant que coopérant dans les premières années d'indépendance. Il avait ressenti, comme tous, une tristesse mêlée de nostalgie, infinies et amères de voir ce pays tomber dans un tel état de misère, sans espoir de renouveau. Depuis une tentative tragique, dans les années 90, de vouloir participer à une renaissance de la démocratie en ce pays, il pensait avoir évacué toute velléité de nouvelle aventure dans ce marasme permanent qu'était devenue la grande île depuis plus de 40 ans.

Mais un évènement arriva, sous la forme de sourires d'enfants, réunis dans un paradis perdu. Des orphelins recueillis dans l'île de Sainte Marie, par un petit bout de femme possédant l'énergie et le dévouement de cent pères missionnaires.

Connaissant nos tempéraments notre amie nous lança un cri de détresse prenant immédiatement forme de défi... "Nos enfants nous pouvons les nourrir, les vêtir, les éduquer, les choyer... mais nous ne pouvons pas les empêcher de... mourir ! "

Vous qui avez les moyens intellectuels, relationnels et techniques... aidez-nous à combattre et vaincre ce fléau qu'est le paludisme qui tue nos enfants !

N'était-ce pas là la plus fantastique, unique et dernière occasion de joindre l'utile à l'agréable. Vivre une retraite active, intelligente et humanitaire dans un décor paradisiaque.

La décision fut vite prise.




Jean-Claude RIDOLCE
Rédigé par Jean-Claude RIDOLCE le Dimanche 1 Avril 2007 à 05:46

Recherche

Profils Tati et Papy Dézil
Jean-Claude RIDOLCE
Jean-Claude Jean-Claude RIDOLCE

Galerie

Liste de liens

Infos XML

RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile